Les idées traversent-elles les frontières?

Le quatorzième chapitre du livre Crossing Borders : International Exchange and Planning Practices paru en 2010 est écrit par John Friedmann, professeur émérite considéré par ses pairs comme figure marquante dans la théorie du développement international. En réponse à la question qui titre le chapitre : « Do planning ideas travel? », il semblerait que oui, mais si l’on s’en tient aux deux efforts infructueux de transplantation d’idées rapportés par l’auteur, les idées ne prennent pas nécessairement racine. Alors qu’il aborde le thème du transfert d’idées en planification urbaine, l’auteur nous met en garde contre la présomption d’universalité entretenue envers les pratiques. La longue expérience de Friedman est mise en évidence puisqu’il est le point commun entre deux événements séparés par 40 années d’écart et un océan, le Chili des années 1960 et la Chine actuelle. L’idée transplantée était celle d’une méthode de planification occidentale, régionale pour l’un et participative pour l’autre, dans un pays en restructuration politique. Je me concentrerai sur le cas de la Chine, qui selon moi illustre de façon claire la thèse proposée par l’auteur et celle de Sorensen qu’il cite en conclusion : le contexte doit offrir les conditions favorables pour que l’idée s’implante, et le cas échéant, certains éléments-clés sont souvent perdus, modifiant l’impact qui lui était originalement pressenti. Cette observation est pertinente lorsque la traduction entre deux cultures ne peut se faire de façon directe, puisque les concepts occidentaux ne trouvent pas d’écho dans l’imaginaire chinois.

L’histoire débute en 2007. Alors que l’auteur occupe le poste de conseiller auprès de la CAUPD (China Academy of Urban Planning and Design), il essaie de faire adopter la méthode du community planning en Chine qui permettrait à des centaines de millions de citoyens de faire entendre leurs opinions sur une intervention urbaine les concernant.  En observant l’organisation sociale des shequ, ces zones résidentielles qui se furent attribué un comité d’administration par le parti communiste dans la peur de voir la forte croissance urbaine générer un chaos social incontrôlable, Friedmann percevait un contexte favorable à l’adoption d’une approche participative. La réception fut plutôt tiède. Les idées, explique Friedmann, ne répondent pas aux priorités actuelles ni aux traditions passées qui ne sont pas ancrées dans la démocratie. L’introduction d’une tierce personne dans la structure administrative et l’instauration d’un curriculum universitaire permettant sa formation sont aussi cause d’obstacle. La planification régionale et municipale tombe dans deux créneaux distincts, soit la géographie et la construction, qui s’arrête de plus au niveau du district et non du voisinage. Cette idée sera oubliée, puisqu’elle tombe entre les failles laissées par les conjonctures qui ne se croisent pas, tant au niveau de l’enseignement que de la gestion urbaine.

En conclusion, je pousserais la réflexion plus loin, à savoir si l’ancrage d’une idée étrangère serait réellement bénéfique à un contexte donné. Pourrions-nous imaginer le pays le plus peuplé au monde, où les villes millionnaires sont une chose commune, si chacun aurait droit de parole sur la transformation du territoire commun? Le contrôle par le haut, qui a persisté pendant des millénaires, n’est-il pas resté parce qu’il fonctionne bien dans ce contexte? Étant donné la situation urbaine en forte mutation, on peut comprendre la réticence du gouvernement à modifier ses méthodes d’intervention. Des événements récents ont montré que des mouvements de résistance populaires se créent et que le pouvoir public se plie, mais les avancées restent graduelles. À défaut de convaincre la Chine, le porteur d’idées pourrait ramener quelque chose avec lui, comme il fut le cas dans l’expérience au Chili, et à travers cette diffusion à double sens nous aurions peut-être une meilleure compréhension et acceptation de la planification urbaine chinoise.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s